FAQ

Pourquoi marches-tu vers Compostelle ?

D’abord, parce que c’est un vieux rêve. Beaucoup peuvent témoigner que je disais souvent : « avant mes 30 ans, c’est sûr, je ferai le chemin vers Compostelle ». J’ai déjà manqué le délai, je peux encore me rattraper sur le reste. Je n’explique pas trop cette envie primaire de réaliser cela.

Ensuite, pour retrouver l’Occident. Après deux ans en Afrique, j’ai envie de manger l’Europe par les pieds, de me sentir proche de la terre et partie des paysages de nos contrées. Depuis plus de 1000 ans, des pèlerins de toute l’Europe cheminent vers le tombeau de St Jacques. Je vois donc dans ces routes les artères de notre continent, un élément historique, populaire et contemporain de l’identité européenne.

Enfin et surtout parce que je suis chrétien. Dans la tradition chrétienne, on se met ainsi en route pour obtenir une grâce de Dieu ou pour Le remercier d’un bienfait. Le pèlerinage est également une image de la vie, longue route vers la Cité Céleste.

Quelle sera ta route ?

Je pars de Véron, dans l’Yonne, où je réside actuellement. La première grande étape sera Vézelay. À partir de là je suivrai la via lemovicensis, en passant par Bourges, Châteauroux, Limoges, Périgueux, Mont-de-Marsan, Saint-Jean-Pied-de-Port. Ensuite c’est le chemin espagnol, le Camino Francès.

Chemins de Compostelle

Chemins de Compostelle

Tu n’es pas un peu fou de faire ça en automne-hiver ?

Certes, il y aura le froid, peut-être la neige dans les Pyrénées, les journées courtes… mais c’est le moment de me lancer. Je n’aurai peut-être pas souvent l’occasion de le faire dans le futur. Et si je sens que vraiment je n’y arrive pas, j’espère que je saurai m’arrêter, je ne suis pas complètement fou… Pérégriner l’hiver procure aussi tous les avantages de l’hors-saison : le chemin de Compostelle est en effet un peu victime de son succès au printemps et en été.

Quel est ton équipement ?

Un sac d’environ 10 kilos. Pas de tente. Un bon sac de couchage. En gros un change pour chaque vêtement. Chaussures de marche et chaussures légères. Gants, bonnet, guêtres, lampe, canif, trousse de secours, trousse de toilette, carnet de notes, cartes, papiers, appareil photo, téléphone, fruits secs, gourde, coquille Saint Jacques.

Combien de temps comptes-tu marcher ?

Environ 2 mois et demi.

Et après ?

Faudra bien travailler, parce que y’aura plus d’argent… Guruss ma fî !

Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes. Ps. 126

Publicités

1ère étape : Véron Joigny

Aujourd’hui, un petit peu moins de 30km pour la première étape. Le départ était poignant, puisqu’une bonne dizaine de paroissiens de Véron se sont levés tôt pour l’accompagner : cela m’a beaucoup touché !
Mon chemin traversait la forêt d’Othe. Les arbres l’avaient tapissé d’orangé et ça sentait la feuille morte et le champignon. À chaque pas je shootais dans des bogues de châtaigne vides.
Les sœurs de Joigny m’ont accueilli comme un prince. Jugez plutôt de l’appartement que je suis seul à occuper :

image

Pour un pèlerin, c’est le pied.

2nde étape : Joigny Auxerre

Aujourd’hui, rencontre avec un ramasseur de champignon :
– Bonjour Monsieur !
– Bonjour.
– Y’a beaucoup de champignons ?
– Suffisamment pour une omelette. Et vous, vous allez où ?
– Compostelle.
– C’est tout droit par là. Vous y êtes presque.
– …

Grosse grosse étape aujourd’hui, plus de 40 kms. Le GR n’était pas le chemin le plus court.
Je suis logé comme un roi par des anciens pèlerins. Super dîner. Comme ils n’ont pas pu le terminer (le pèlerinage, pas le dîner), j’essaierai de le faire à leur place. Déjà de supers rencontres.
Je suis quand même bien crevé. La bonne nouvelle, c’est que j’ai un logement pour demain soir à Arcy sur Cure. Ce n’était pas gagné.

3ème étape : Auxerre Arcy-sur-Cure

Aujourd’hui, comme chaque matin, au petit jour, j’ai surpris un bon nombre de lièvres, écureuils ou canards. Ce matin, un renard ne m’a pas vu arriver… c’est la honte, pour un renard, de détaler comme un lapin !
Quand je suis tout seul dans la cambrousse, je m’autorise des trucs qui peuvent sembler bizarre quand la civilisation n’est pas loin. N’allez pas vous imaginer des choses, je veux parler de causer tout seul, chanter à tue-tête, bref, ce genre de trucs que l’on peut faire sous la douche à condition de disposer d’une salle de bain bien capitonnée. Je me suis trouvé un peu bête tout à l’heure quand un joggeur surgi de NULLE PART me doubla dans un souffle. Ça m’a calmé pour un temps avant de reprendre de plus belle quelques kilomètres plus loin.
Encore des supers conditions d’hébergement ce soir. Mon hôtesse est une ancienne pèlerine qui a aménagé ses combles pour recevoir les coquillards. C’est un véritable temple au Camino ! Il y a plein de bouquins sur le sujet, et un grand livre ouvert sur une citation : on ne construit pas son bonheur, on détruit ce qui y fait obstacle.
Je vais faire de beaux rêves !

4ème étape : Arcy-sur-Cure Vézelay

Aujourd’hui était un jour spécial pour plusieurs raisons :

  • Je suis arrivé à Vézelay, étape hautement symbolique. Demain sera comme un nouveau départ.
  • J’ai enfin ma créanciale : c’est le passeport du pèlerin, à faire tamponner tout le long du parcours. Sur la mienne il est bien écrit que je suis parti de Véron.
  • J’ai croisé mes premiers pèlerins ! À présent je me sens moins seul. Ce sont deux belges flamants. L’un d’eux causait français. Mais après avoir papoté je les ai semés car le plus vieux avançait vraiment trop lentement.

Il faisait 3 degrés ce matin et 6 au cœur de l’après midi. Un vent mordant gelait les oreilles ; gants et bonnet sont de rigueur.

Je stresse un peu pour demain, car toutes mes tentatives pour trouver un hébergement ont échoué. On est hors-saison. Il y a bien une chambre d’hôte mais c’est trop cher pour mon budget. Je vais donc frapper chez l’habitant, on verra ce que ça donne.

J’ai une douleur à l’aine gauche qui ne me quitte plus. Ce n’est pas très douloureux mais à force, ça l’est quand même !

Mais aux côtés d’une basilique aussi splendide, je vais quand même de nouveau faire de beaux rêves !

image