62ème étape : Astorga Rabanal-del-Camino

Aujourd’hui, l’Espagne a changé : adios mornes plateaux, buenos días monts tous blancs, tous puissants ! Adios maisons de terre, buenos días maisons de pierres ! Adios routes nues, buenos días petits chemins bordés de murets !

Mais toujours, des chats errants poursuivis par des chiens désœuvrés hantent les rues et font trébucher le passant.

Amélie Nothomb décrit la Chine comme un pays peuplé de ventilateurs. Pour l’Espagne, incontestablement, l’élément de décor récurrent est le banc. Chaque rue de chaque ville possède son banc, et parfois même toute une colonie. Dans les villages, on se demande si la capacité d’accueil des bancs ne dépasse pas celle des albergues. L’Espagne, un vrai paradis pour les clochards.

Le banc espagnol est assez souvent placé à l’ombre d’un arbre ou d’une maison. Cela est sans doute fort judicieux dans la canicule d’été, mais lamentable dans les rudes mois d’hiver. Car en Espagne, aucun banc n’est abrité : il n’y a pas d’abribus, que des bancs-bus.

Imaginez alors le pauvre pèlerin de décembre fatigué de sa marche, contemplant un troupeau de bancs mouillés et à la merci d’un vent glacé, c’est cruel. Autant peindre des montagnes de frites en trompe-l’œil sur les murs de l’ambassade de Belgique.

À Rabanal le soir, je fis un petit tour dans le village éclairé par les lampadaires. En m’approchant de la toute petite église décrépie, j’entendis des chants grégoriens. Je m’étonnai qu’on laissât tard le soir l’ambiance sonore que l’on entend parfois dans ces lieux touristiques, surtout que celui-ci était plutôt isolé.

Il ne s’agissait pas d’un disque. Il n’y avait, en ce tout petit endroit, que trois moines qui chantaient les vêpres. À la fin, l’un deux s’approcha de moi, étendit son long bras maigre au dessus de ma tête, et prononça la bénédiction des pèlerins.

Sans un mot de plus, ils s’éclipsèrent tous les trois dans un chuchotement de bures. L’apparition était terminée. Je m’en retournai sous les lampadaires.

Publicités

4 réflexions au sujet de « 62ème étape : Astorga Rabanal-del-Camino »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s