49ème étape : Logroño Nájera

Aujourd’hui, j’ai regretté les chemins français. Ceux de l’Yonne qui percent de lumière les grandes forêts sombres, ceux de la Creuse qui plongent et qui regrimpent le long des rivières encaissées, ceux de Dordogne qui serpentent entre les élevages d’oies et de canards, ceux des Landes qui filent rectilignes dans les pinèdes…

Tous ces chemins ont en commun d’être de vrais territoires de marcheurs, de sentir encore la nature à peine effleurée de la main de l’homme, d’être de terre ou de graviers.

En quittant Logroño, les souliers s’usent sur une sorte de piste piétonnière bordée de poubelles et de grands panneaux expliquant qu’on se trouve bien sur le chemin de Santiago, qu’il faut tenir son chien en laisse et – c’est le comble – respecter la nature. Je me sentais de trop avec mes gros souliers sur cette piste bonne pour les skateurs. Le Camino est hélas trop domestiqué, sans doute victime de son succès.

Alors pour rêver un peu, il faut lever la tête et regarder vers le ciel. Au fond ce chemin est bien celui des étoiles.

Les habitants de Nájera gardent en mémoire un héros français, Roldan. Des sculptures rappellent sa victoire en duel contre un géant arabe. Vous qui avez Internet en illimité, pouvez-vous en savoir plus sur cette histoire ? N’y a-t-il pas une confusion avec Roland ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « 49ème étape : Logroño Nájera »

  1. A droite, le Poyo de Roldan, lieu de l’affrontement légendaire entre Roland et Ferragut. Selon la tradition populaire, Ferragut, seigneur maure de Najera, gardait des chevaliers chrétiens captifs. Roland défia le géant du haut de la colline appelée, depuis lors, le Poyo de Roldan et, d’un jet de pierre à la tête, le tua. Une autre version rapporte que Roland planta son poignard dans le nombril de Ferragut, son seul point faible. Charlemagne et son armée purent entrer dans Najera et délivrer les prisonniers. Fascinant ! En ces temps durs et incertains, le merveilleux venait réconforter la population !

    Je viens de trouver ça sur un blog d’un pélerin, mais je ne sais pas si c’est le même Roland que celui de la Brèche ?! Bonne continuation en tout cas, et je suis d’accord avec vous, le chemin est parfois trop aménagé de la main de l’homme et en devient insipide, mais vous avez encore de belles choses à voir, ça fait oublier un peu le sol un peu trop dur parfois (comme l’asphalte qui à mon avis est beaucoup trop présent sur certaines parties)… Restons dans les nuages et les étoiles !!! Buen camino !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s