37ème étape : Saint-Sever Labastide-Chalosse

Aujourd’hui, j’ai eu une fausse joie. Au PMU de Hagetmau, quelqu’un me dit qu’au delà de la colline suivante, on voyait les Pyrénées… les Pyrénées ! Ce mot là fait frémir le pèlerin, car il dessine dans son esprit la frontière du Royaume d’Espagne, la barrière naturelle qui s’impose comme un rite de passage obligatoire, une invitation à la transformation des cœurs.

Je les imaginais, ces Pyrénées, dessinées au loin à grands traits de crayon pastel, dans toutes les nuances de bleus, avec peut-être, sur les sommets, quelques traces blanches. C’était sans compter une météo pourrie, pluie froide et vent de travers, le genre de temps qui mécontente tout le monde sauf peut-être un concurrent du Vendée-Globe.

Je me suis tout de même rendu compte que j’approchais des montagnes, car passé l’Ardour, les Landes se vallonnent soudainement.

Demain, je ne trouverai du ravitaillement qu’à Orthez, la prochaine étape. Je n’avais pas trop prévu un tel désert de ravitaillement, je devrais donc tenir jusque l’après-midi avec une pomme et une demi baguette. Ce sera un peu dur, même si je peux aller au bout du monde avec pas grand chose.

À condition que pas grand chose, ce soit des rillettes…

Publicités

8 réflexions au sujet de « 37ème étape : Saint-Sever Labastide-Chalosse »

  1. Salut Vianney

    Tu n’as donc pas prévu les boites de paté Hénnaff, sans lesquelles nous ne nous déplacons pas.
    Lorsque je vois la météo à la télé on se demande comment tu peux résister aux conditions annoncées. Pluie, température presque négatives.
    A moins que ca soit comme pour nous. Il devrait pleuvoir sur la Bretagne alors qu’il fait toujours beau 🙂
    Bon courage pour la suite, mais je vois que la détermination est intacte
    Kenavo

    • Salut Hervé !

      C’est bizarre, les pâtés Hénaff, plus on se rapproche de l’Espagne et moins on en trouve… peut-être qu’il faut attendre la fin d’une corrida pour trouver de la viande.

      Pour le temps, c’est vrai que ce n’est pas top, mais bon, faut bien avancer. Demain il devrait pleuvoir encore.

    • Salut Bichon !

      Mon truc, quand il fait froid le matin, je me dis « je vais marcher un peu, ça va me réchauffer ».

      Au bout de 5 heures de marche, des fois, ça marche ! (l’expression tombe à point 😛 ).

  2. Erreur ! J’ai commis l’erreur du siècle. Je ne me suis pas abonné à ce blog. Et voilà que dans un élan d’altruisme que je ne dois qu’à ma formidable mémoire, je me suis souvenu de ton existence Vianney. J’ai raté 27 étapes de ton parcours.

    Mais bon, apparemment, j’arrive pour la meilleure partie : l’ascension du Canigou, les pieds dans la neige, les vivres qui viennent à manquer et le pélerins qui se dit que finalement, les lions de Néron et le régime de Dioclétien, ça devait être le club med à côté.

    Il se prépare de angelures des cors et des cris, côté pays basque … Regarde l’ETA de mes pieds …

    Heureusement, il y a internet. Aujourd’hui, tout est filmé, enregistré et classé … Avant c’était le boulot de la CIA maintenant, c’est Youtube.

    Bon courage malgré tout !

    Gure aita zeruetan zerana
    Santu izan bedi zure izena
    Etor bedi zure erreinua
    Egin bedi zure nahia
    zeruan bezela lurrean ere
    Emaiguzu gaur egun hontako ogia
    Barkatu gure zorrak
    Guk ere gure zordunei
    barkatzen diegun ezkero
    Eta ez gu tentaldira eraman
    Bainan atera gaitzazu gaitzetik.*

    * Pour les personnes qui ne connaissent pas le Basque, c’est le Notre Père. Que les mauvaises langues qui me croient en train d’immiter Vianney en train d’éternuer se taisent à jamais.

    • Je me disais, tes commentaires talentueux manquaient à ce blog. Maintenant que tu es de retour, les gens vont y lire les articles en commençant par le pied de page, ce qui est tout-à-fait à propos quand on cause de promenade.

      Je me suis dit que moi aussi, j’aimerais commenter les articles de ton blogs. Mais en entrant ton nom sur gouguel, j’ai vu ton âge sur copainsdavant – tu es vieux – et j’ai constaté que tu t’enflammais – avec beaucoup de talent – sur Wikipedia. Mais je n’ai pas trouvé le moindre petit morceau de blog, où j’aurais pu agrémenter des miennes tes réflexions sur la vie, l’univers et le reste. Ce n’est pas juste.

      • Oui c’est vrai…

        C’est l’occasion d’un petit exercice de français… Veuillez remplacer « tu » par « vous » dans mon commentaire précédent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s