27ème étape : Périgueux Saint-Astier

Aujourd’hui, – il fallait bien que cela arrivât – je me suis perdu.

Pour ma défense, et avant que vous ne vous défouliez sur mon légendaire sens de l’orientation, ce fut dans une forêt pleine de chemins même pas notés sur la carte, et au balisage complètement vandalisé.

Après avoir tourné une demi-heure je décidai de tracer tout droit en me fiant au soleil. Je retrouvai ma route avec un décalage de moins de 50 mètres. J’avais oublié que Google Map était dans ma poche.

Je vous avais déjà dit que j’aimais fréquenter les troquets. Les gens qu’on y trouve sont authentiques. Ainsi je discutais avec un gars d’une table voisine, la coquille ayant à son habitude déclenché la conversation. Après m’avoir expliqué qu’il regrettait de ne pas pouvoir me suivre à cause d’une hanche malade, il me glissa 20 euros dans la main en me disant « vas-y pour moi ».

Cet homme n’est pas la première personne à faire ce genre de geste. Je ne peux que lui faire la promesse d’aller au bout et d’y déposer son souvenir sur le tombeau de Saint Jacques.

Publicités

9 réflexions au sujet de « 27ème étape : Périgueux Saint-Astier »

  1. Bonjour ! Puisque je me suis inscrite pour recevoir un avis à chaque fois que vous publierez un article, je voulais vous faire part de ma joie de vous lire ! En effet, je suis arrivée à Santiago de Compostela fin octobre, (en partant de Valladolid fin septembre), et le fait de vous lire me replonge -avec bonheur- dans ces merveilleux moments de pélerinage… MERCI de nous partager le vôtre ! Moi en Espagne je ne me suis jamais perdue, mais il faut dire que c’est hyper bien balisé !!!

    • Je suis content que d’anciens pèlerins lisent ce blog, car ce sont leurs pas que je suis !
      N’hésitez pas à y poster vos souvenirs et vos conseils, comme font Marie-Hélène et d’autres, je crois que tout le monde, et moi le premier, les lit avec plaisir.

    • Si ! Mais c’est moi qui tient la carte parce que de ce point de vue là il est pire que moi : un peu avant d’arriver à Vézelay il a fait un tour complet dans la journée, en arrivant le soir dans sa ville de départ… En fait il a suivi un fléchage d’une boucle touristique.

      Le plus drôle c’est qu’il a pour projet de traverser l’Afrique avec un ami du Nord au Sud. Je me dis qu’il risque de lui arriver la même aventure que les Dupondt dans le désert… il n’est pas belge pourtant, mais presque ! (Séverine, désolé d’avance si tu lis ce commentaire, c’est encore une blague facile 😉 )

  2. Voilà un « cadeau du camino » ! Une belle rencontre, je suis émue en vous lisant et en pensant à cet homme que vous avez fait rêver. Je me souviens très bien de cette forêt très mal balisée où un ami pèlerin c’est également perdu.C’est un peu après la magnifique abbaye de Chancelade si je me souviens bien.

  3. Un cadeau lourd à porter mais qui fait avancer ! J’en suis émue également, je pense à cet homme particulièrement aujourd’hui dans mes prières,

  4. C’est fou, beau, génial, curieux et tout à la fois.
    Mais finalement, comment peut-il en être autrement ? Parce que ce pélerinage est un sacrifice dans la durée. Il y a donc forcément des fruits. Pour toi et d’autres, puisque c’est aussi un témoignage.
    Le miracle c’est d’en voir des fruits instantanément.
    Mais ce genre de rencontre, ça te pèse sur les épaules ou bien ça t’allège le sac ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s