26ème étape : Thiviers Périgueux

Aujourd’hui, j’ai appris à quoi ressemble la jolie française typique dans l’inconscient hollandais : elle a les yeux clairs, les cheveux noirs et tenus par des barrettes.

Mesdemoiselles, pour attirer le gouda, attachez donc vos cheveux avec des barrettes, et vous aurez l’allure de la française fantasmée…

Aujourd’hui j’entrais donc une nouvelle fois dans une grande ville. La chanson de Balavoine me vient toujours dans la tête, avec des paroles quelque peu modifiées :

Quand tout l’monde se défile
Dans les banlieues-dortoir
C’est l’heure où les pèlerins descendent sur la ville
Qui c’est qui pue comme ça
Le soir sur les trottoirs
Plus fort que les clébars
C’est toujours le pèlerin
Alors c’est la panique sur les boulevards
Quand on arrive en ville…

Quand on arrive en ville
Tout l’monde change de trottoir
On a bien l’air virils
Mais on fait pas peur à voir
Des gars dans les églises
Ça intrigue les passants
Quand ils voient la coquille
Ils se souviennent comme y’a mille ans
Ça fait… comme un éclair dans leur mémoire
Quand on arrive en ville…

Nous tout c’qu’on veut c’est le bon Dieu
Le bon Dieu avant les cieux
On n’a pas l’temps d’attendre d’être à Saint Jean

Le Saint Jean c’est celui au Pied du Port, pour la rime.

Publicités

3 réflexions au sujet de « 26ème étape : Thiviers Périgueux »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s