24ème étape : Flavignac Saint-Pierre-de-Frugie

Aujourd’hui, j’ai marché avec le hollandais dont je vous parlais hier, Mark.

Cela nous arrangeait tous les deux, puisque lui et moi sommes tout juste remis d’une blessure plutôt handicapante. Et lui comme moi, depuis hier, ne ressentons aucune douleur.

Il y a un dicton hollandais qui dit à peu de choses près : « Quand la douleur te quitte, tu te retrouves seul ». Ainsi nous ne la regretterons pas.

C’est très différent de marcher à plusieurs, j’ai l’impression qu’un nouveau pèlerinage commence.

Tout change : nous sommes deux pour trouver un gîte le soir, acheter la nourriture, cuisiner, chercher la route, etc. Comme l’entente est bonne, que nous sommes de la même génération et que ça nous a fait beaucoup de bien de causer toute la journée, nous avons décidé de marcher de concert jusqu’à Périgueux. Après, nous déciderons de l’intérêt que nous trouvons à faire des étapes en solitaire ou en duo.

Une autre grande nouveauté est de marcher sans douleur ! J’avais l’impression d’avoir des ailes ! Après 27 kilomètres de marche, arrivé à 15h à l’étape, je croyais pouvoir faire 20 kilomètres supplémentaires. Marcher devient un automatisme, un art de vivre, devenu soudainement si facile.

Mark connaît la culture et l’histoire de son pays sur le bout des ongles. Je vais pouvoir vous faire un exposé sur les Pays-Bas.

En quittant la Haute-Vienne pour la Dordogne, je rentre dans la dernière région française avant l’Espagne, l’Aquitaine. Vu comme ça c’est excitant, mais il faut tout de même marcher plus de 400 kilomètres pour la traverser dans sa diagonale.

Publicités

10 réflexions au sujet de « 24ème étape : Flavignac Saint-Pierre-de-Frugie »

  1. La Hollande, non contente d’être l’autre pays du fromage et des tulipes, c’est aussi le pays de la médicine douce par les plantes qui font rire. Ca pourrait expliquer la disparition de la douleur, les conversations profondes entre 2 mecs qui ne parlent pas la même langue, et les trous de mémoire qui donnent l’impression que le trajet passe plus vite.
    Cela dit, fais gaffe, la Hollande c’est aussi le pays de Dave !

    • Nom de Zeus ! Djainette a été plus rapide que moi pour écrire ce que j’aurais écrit!
      La Dordogne… Quel beau pays ! Si vous êtes attentifs, vous verrez au détour de vos routes un château au km.
      Bonne route !
      Au fait, as-tu une photo de ton bourdon stp ?

      • Mon bourdon il est laid. Ne serait-ce que son physique, il ne mériterait pas ce titre. C’était le premier bout de bois assez solide rencontré quand je n’arrivais plus à marcher.
        Alors je m’y suis attaché comme à un frère… et un frère, même laid, on ne peut pas s’en débarrasser. Tu dois pouvoir comprendre ce que je veux dire ! 😉

      • Oui Viann, je sais bien de quoi tu parles: avoir un frère laid.
        Car nous parlons bien de Franz n’est-il pas?
        Pour rejoindre une discussion avec sa soeur préférée (celle qui te fait fuir), j’ai d’ailleurs envie de le surnommer « frère convers ». Rien à voir avec une marque de godasses dont il n’a maintenant plus l’odeur (il a quitté l’adolescence).
        Mais (j’explique à Cathou) parce qu’un frère convers est un frère lai.

        Franz, désolé, c’est gratos comme la bouffe de Nanou l’autre jour, mais ce dernier m’a tendu le bourdon, et j’avais envie d’en rire, comme je n’ai pas le bourdon. (ça c’est juste un cadeau pour Cathou)

        Avez-vous des nouvelles d’Antoine? Voici un moment qu’il n’a rien posté ici, je m’inquiète. C’est un peu la béchamel infernale ces temps-ci là-bas…

      • Ton bourdon doit commencer à être beau car il prend de la valeur de jour en jour. Te toute façon il ne sera terminé qu’en arrivant à st Jacques de Compostelle car ce qui fait la beauté du bourdon c’est l’usure des pieds, des mains, la pluie, le soleil, les sacrifices et les prières. Tout comme tes frères et nous mêmes, nous ne serons beaux qu’au paradis. !!! Ceci dit j’ai de beaux enfants, ils sont merveilleux !
        Bref une photo de ton bourdon qu’en arrivant 🙂 🙂

    • Mille excuses cher compatriote, je t’ai piqué ta blague plus haut: je n’avais pas lu ton message.
      C’est l’occasion de te dire que j’ai apprécié ta blague !
      A+

  2. Depuis le temps qu’on attendait le divorce d’avec ta douleur !!! youpi !
    Attention qu’elle ne te guette pas au détour d’une trop longue étape.

  3. Salut Vianney

    Finies les douleurs, ca doit être différent
    Voici donc une équipe internationale sur la route de Compostelle
    Vous avez sans doute des expériences à partager, toi avec tes séjours en Normandie, Bretagne puis le Tchad, et lui sans doute avec des aventures et une culture différente encore.
    Les pélerins sont sans doute des personnes en route, en recherche
    Ton voyage me fait philosopher de bon matin
    Oups, je vais me remettre au travail, c’est ce qui t’attends après, sans doute, comme tous
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s