13ème étape : Sainte-Fauste Déols

Aujourd’hui, j’ai joué au voyageur dimensionnel. Comme un héros de Septentrion ou des Sept cavaliers… Ou, si vous n’avez pas de bonnes références littéraires (hé hé !), un héros des Visiteurs ou de Stargate.

L’approche des grandes villes est une plongée dans un autre monde. Soudain, les chemins de terre se transforment en routes goudronnées, les magasins et entrepôts remplacent les fermes et les villages, les arbres se changent en réverbères et le silence s’éclipse.

J’eus brusquement l’impression, en me retrouvant face à un rond-point géant de la rocade de Châteauroux, d’être le seul rescapé d’une machine à bitumer et à mécaniser. Après une journée à surprendre les faisans, à chanter à tue-tête, à pisser sur les chemins sans risque d’être surpris, à roupiller dans les fossés, bref, une journée à savourer la vraie Liberté, l’envie me prit de prolonger un peu cet état d’esprit au milieu du giratoire, de faire un petit pied de nez à ces dizaines d’automobilistes, passagers d’un autre monde, arnachés à leurs bolides et lancés autour du carrefour dont le nombril serait moi. Je jubilais, et j’espérais faire naître en eux de la jalousie. L’herbe était à peu près sèche, c’était le moment de sortir la baguette et le pot de rillettes…

Publicités

4 réflexions au sujet de « 13ème étape : Sainte-Fauste Déols »

  1. « lancés autour du carrefour dont le nombril serait moi »: c’est assez Achille-Talonnesque… n’est-ce pas justement ton talon d’Achille qui se dérobe ? quoique tu sembles effectivement aller mieux. Ce qui nous rassure.
    Veux-tu un conseil du grand sportif que je suis? j’étais? non ? bon.
    Mais si tu permets alors, pour concurrencer Clémence dans l’art des calembours faibles (là je suis meilleur), je dirais qu’il n’y avait aucun doute, que mon frère est taillé d’une loutre de chêne tri-centenaire. D’ailleurs, pour accompagner les rillettes avais-tu l’outre pleine de Mennetou-Salon ? T’es passé pas loin loutre jour. Bon j’arrête, avant qu’on me dise d’aller me faire… (loutre) ! Ça me mets le cœur en joie de revoir mon Vian en route !

    Et gare à ta rotule ! (celui-là, bien caché, vous ne l’aviez pas vu venir ! héhé !)

    • Le gonflement en bas du tibia est toujours là. Aujourd’hui j’ai marché un peu plus pour aller au lavomatic, la douleur a repris fortement. Ca va faire une semaine que je prends des antiinflammatoires, mais ces machins là ça calme mais ça ne guérit pas.

      Effectivement, un peu talonesque ce billet… on se refait pas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s