10ème étape ter : Charost Charost

Aujourd’hui, vous aurez deviné au titre du billet que je ne suis toujours pas parti de cette bonne ville de Charost.

Mon ami belge Hedwig est parti ce matin en me laissant ses Bounty. Je l’ai vu s’en aller en l’enviant terriblement ; je suis resté une journée de plus à me soigner et à me morfondre.

Au fond, je vis à mes dépends le dépouillement du pèlerin. Je dois accepter de me mettre à la merci des aléas du temps, de l’accueil de mes hôtes, des hasards des rencontres, des dangers de la route, mais aussi des faiblesses du corps.

Je vais voir un médecin demain. Je redoute qu’il exige du repos. S’il me faut plusieurs jours avant de pouvoir repartir, et bien j’attendrai, en rongeant mon frein…

Publicités

5 réflexions au sujet de « 10ème étape ter : Charost Charost »

  1. tu portes ta croix avec sagesse et philosophie. Si ton état nécessite quelques jours de repos appelles: je suis en congés, pas de problème pour faire l’aller-retour.
    Ne ronges pas trop ton frein, il peut être ton allié: qui veut aller loin ménage sa monture (particulièrement quand il s’agit de ses propres arpions) !
    A bientôt.

  2. Vianney II, le pape de l’amplitude thermique. Passer des éléphants du Bangui aux esquimaux du grand nord, c’est déjà en soit un chemin de croix.
    Un jour, chez Darty, je suis passé d’un seul coup du rayon micro-ondes aux frigidaires et je me suis enrhumé. J’ai donc péleriné vers un Conforama où j’ai pu m’endormir sur un chesterfield en skai de Pékin … La vie est dure.

    Sinon : ton frère Vincent, dont les activités acqueuses cachent mal sa vraie profession d’apothicaire, m’a soigné une crève avec de la chartreuse en grog. La Sainte boisson m’a remis d’aplomb après une nuit de transpiration et de cauchemars effrayants dont l’évocation seule me fait frémir.

    Bon, t’es dans le nord, tente le coup avec du génépi … ou une bonne vieille bière de trappiste.

    Bise (enfin, quand tu seras guéri)

    • Oh, cousin ! Toi et ton humour vous manquiez à l’ambiance de ce blog. Je vous convie donc dans ce cyber-chesterfield à commenter, depuis votre siège douillet, les mésaventures d’un cousin qui s’en prend plein les pieds.
      Merci pour les conseils médicinaux. J’avais oublié ces boissons-qui-guérissent-tout. Je dors trop chez les bonnes sœurs. Ces machins là, c’est plutôt des boissons d’hommes…

    • Ah te voilà ! Génial tu vas remonter le moral de la troupe. A plusieurs c’est mieux ! Il faut avant tout que je trouve le st patron des fous afin qu’il intercède pour que les lecteurs ne deviennent pas désaxés, déséquilibrés, dingues, azimutés, siphonés, cinglés,foldingues, cinoques, insanes…..et j’en passe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s