5ème étape : Vézelay Thurigny

Aujourd’hui, il gelait quand je suis parti. J’ai quitté la colline éternelle lumineuse dans la clarté du matin. Les champs givrés parachevaient le tableau.

Je me suis enfoncé dans les bois de Ferrières. Plusieurs kilomètres de chemins forestiers. On pourrait se perdre facilement car ceux-ci ne sont parfois que des sentiers barrés par des taillis. Heureusement mes cartes sont précises.

C’est la saison de la chasse. Je marchais quand soudain, à peine 5 mètres devant mon nez, surgit un chevreuil, fuyant les tirs et les aboiements venus de plus loin. Son cul blanc disparut dans les fourrés sans que je n’eusse le temps de dégainer mon appareil photos.

C’était un peu galère de trouver un hébergement pour la nuit. Finalement j’ai dormi dans un vieux moulin appartenant à des hollandais. Grande chambre de 30m2 avec vue sur la rivière. Ces gens accueillent des pèlerins pour pas cher.

Ce billet est publié un jour en retard, parce que je ne captais pas le réseau à Thurigny. Je suis souvent en pleine brousse, ça pourrait se multiplier.

Publicités

Une réflexion au sujet de « 5ème étape : Vézelay Thurigny »

  1. C’est toujours un plaisir, Loutre, de lire vos petits billets. Vos descriptions sont très évocatrices, et je suis ravie de lire des imparfaits du subjonctif, cela devient si rare ! Bonne route avec le froid et l’humidité, la météo devrait s’améliorer dans les prochains jours !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s